Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 avril 2013 3 10 /04 /avril /2013 10:10

 

 

.... Pour un temps indéterminé, Mâme Cibou ferme son blog.

 

Occupée à plein temps, presque 24 heures sur 24 par ses P'tits Bouts, sa famille, ses amis et surtout par la mobilisation CONTRE LE MARIAGE POUR TOUS, qui ne faiblit pas, croyez-le bien,

 

Et ce n'est pas les lois ficelées à l'arrache par un gouvernement à la dérive, votées par une assemblée et un sénat à la solde des lobbys, qui vont nous faire reculer,

 

Juste prier le ciel aussi que la prophétie de Marthe Robin faite en 1936 ne se réalise pas :

 

"La France tombera très bas, plus bas que les autres nations, à cause de son orgueil et des mauvais chefs qu'elle se sera choisie. Elle aura le nez dans la poussière. Il n'y aura plus rien."

 

Alors, pour que les enfants aient toujours un père et une mère, M. et Mâme Cibou entrent en résistance aujourd'hui.

 

Le 26 mai : TOUS A PARIS !

 

PS : Bienvenue chez vous le 19 avril prochain M. CAHUZAC !!!!

 

 

18 mars 2013 1 18 /03 /mars /2013 11:13

SAUMUR se mobilise ! 600157_126265310891819_838631882_n.jpg

 

 

manif-pour-tous-saumur---2013-03-17-013.jpg
16 mars 2013 6 16 /03 /mars /2013 14:48

.... Mais bien occupée par :

 

- 4 P'tits Bouts à plein temps entre 5 ans 1/2, 2 ans et 1/2 aussi, 22 mois et 8 mois, qui ravagent conscencieusement le salon de Mâme Cibou du lundi au vendredi inclus pour son plus grand plaisir : 

 

fevrier-2013-2013-01-29-001.jpg

 

- De la déco extérieure :)

 

manif-2013-03-16-005.jpg avec ceci 

 09_QUALICOTS-40X60-_MAG-05.jpg 09_QUALICOTS-40X60-_MAG-09.jpg et cela aussi :09_QUALICOTS-40X60-_MAG-10.jpg09_QUALICOTS-40X60-_MAG-17.jpg09_QUALICOTS-40X60-_MAG-12.jpg09_QUALICOTS-40X60-_MAG-18.jpg09_QUALICOTS-40X60-_MAG-27.jpg09_QUALICOTS-40X60-_MAG-28.jpg

 

.... Intérieure : meuble Louis-Caisse du Bon Coin Un Peu Loin à 20 € + Patine-à-la-bougie-merci-M. Cibou... pour ordi Mâme Cibou, histoire....

 

ordinateur-2013-03-13-004.jpg de dégager totalement le bureau attenant à la chambre n° 3 et occupée par Cibou Jr, et lui rendre ainsi une totale autonomie.... Et tant qu'à y être, profiter de 4 jours consécutifs presque sans P'tits Bouts, pour refaire entière cette chambre et bureau : Mâme Cibou frisant la dépression nerveuse devant le jaune mexicain, M. Cibou a pas voulu prendre le risque.... Les nouvelles couleurs des lieux seront "Weat Sheaf" et "Summer Suede" : ça vous parle pas, mais faut voir en vrai, c'est sympa.. Sauf que Mâme Cibou trouve à l'été suédois un côté, comme qui dirait... très automnal...

 

.... Depuis le 13 mars, M. et Mâme Cibou sont boostés par : 

 

544121_10200381458011188_1756971805_n.jpg mais n'oublient pas dans leurs prières 537701_10200382113027563_1393876024_n.jpg ,

.... Ok, ok : un serviteur de la dictature argentine remplace un ancien des jeunesses hitlériennes.... ça, c'est fait...

 

Mais ça : la-place-saint-pierre-est-noire-de-monde-dans-l-attente-du_.jpg personne sait faire mieux, des milliers de gens croyants ou pas, trempés par une pluie battante et attendant une simple fumée blanche, hurlant leur joie à son apparition et bénissant leur nouveau Pasteur... Personne. Cherchez pas. Personne. 

 

.... Et un trio de cette trempe, cherchez pas non plus, Ils sont à nous : 

389788_120777104776214_1370424901_n.jpg

 

.... ça, c'est dit ;)

 

et, aujourd'hui, manifester son opposition inflexible à une loi bidon qui veut nous imposer une filiation fiction : 64137_126188134232870_452565958_n.jpg

 

.... Et le 21 mars prochain assister à : 

 

75530_113091415542542_1369625291_n.jpg 

 

.... Le 24 mars, assurer la base arrière en gardant un ou deux bébés pour permettre à de jeunes parents de "monter à la capitale"...

 

.... Préparer dans la Joie et l'Espérance le beau jour de Pâques, et l'arrivée de cousins toulousains,

.... Préparer dans la Joie et l'Amour, le Baptême de Soline la Merveilleuse,

.... Préparer avec nos amis chers à nos coeurs, le pélé de Lisieux pour remercier La Petite Thérèse si efficace,

.... Préparer le jardin pour qu'il soit beau pour tout le monde,

 

.... Et toujours, toujours, célébrer la Vie et remercier le Ciel, toujours, toujours. 

 

 

 

 

 

 

20 février 2013 3 20 /02 /février /2013 14:29

21734_542069352490109_2104857141_n.jpg382345_10151122264674058_1667244766_n.jpg 525597_167988660016874_2010518546_n.jpg

 Et pourtant  .....

 

555326_157475761068164_1955179580_n.jpg 

 

.... En conséquence :

 

17705_165669300248810_272821283_n.jpg

17 février 2013 7 17 /02 /février /2013 12:11

.... Et M. et Mâme Cibou ne veulent pas de ça pour tous les enfants en général, et leurs petits-enfants et P'tits Bouts en particulier :

Le Petit NicolasL'éducation sexuelle selon les nouvelles lois à venir....

« A l’école, la maîtresse était toute bizarre aujourd’hui. Elle nous attendait dans la classe en poussant des gros soupirs, alors que d’habitude elle est toute rigolote, et qu’elle pousse des gros soupirs que quand elle interroge Clotaire et que Clotaire est tout rouge.

Elle a dit :

Bon ! Que comme M. Peillon, le ministre chargé de notre éducation, avait décidé de s’appuyer sur la jeunesse pour faire évoluer les mentalités, on allait faire un cours d’éducation sexuelle et que le premier qui rigole, il irait voir le Bouillon (le Bouillon c’est notre surveillant, c’est pas son vrai nom, il s’appelle M. Dubon, mais quand il vous gronde il vous dit : « Regardez-moi dans les yeux » et dans le bouillon, il y a des yeux ; ce sont les grands qui m’ont expliqué ça). Nous on n’avait pas du tout envie de rigoler parce que le Bouillon, c’est pas un rigolo.

La maîtresse nous a regardés et elle a dit que l’important dans la vie, c’était d’être tolérant. Nous on est drôlement tolérants alors on a tous fait oui et Agnan qui est le chouchou, et qui se met toujours devant, il a dit qu’il était encore plus tolérant que tout le monde puisque de toute façon il est le premier de la classe partout sauf en sport. Eudes, il lui a dit : « Fais pas le malin, mon petit pote, sinon tu vas voir comment je suis tolérant ».

Et là, je crois que la maîtresse elle a compris que ce serait pas facile aujourd’hui.Elle est allée au tableau, elle a attendu qu’on se taise, et elle a demandé avec un air très sérieux : « Bon… Alors… Si vous êtes une fille, levez la main ! » Toutes les filles ont levé la main, et aussi Clotaire, qui avait l’air embêté.

Mais la maîtresse elle a dit comme ça : « Très bien Clotaire, c’est ton choix, si tu veux être une fille, c’est à toi de décider ». Là, Clotaire, il est devenu tout rouge et il a dit « Non, M’dame, c’est juste que je veux aller faire pipi ». « Bon, a dit la maîtresse, tu peux y aller ». « Vas pas chez les filles ! », a dit alors Eudes en rigolant.

Mais la maîtresse a tapé sur son bureau et elle a dit que si Clotaire voulait aller dans les toilettes des filles, c’était son choix, et qu’il fallait par rigoler avec ça. Et que c’était la théorie du genre, et qu’il fallait que chacun choisisse, et elle nous a fait écrire sur nos cahiers : « Chacun est libre de choisir son genre ».« N’empêche, a dit alors Rufus, moi j’ai un kiki, et je vais pas décider que je suis une fille. »

La maîtresse a répondu que c’était de l’hétérosexisme, et qu’il fallait en finir avec l’hétérocratie, et que si ça continuait comme ça on finirait au bagne parce qu’on était tous homophobes. J’ai regardé Agnan, et j’ai vu que même lui il avait rien compris.Ça devenait vraiment compliqué et j’aurais presque préféré faire de l’arithmétique.

Elle a senti qu’on était un peu perdus, alors elle a essayé d’expliquer de manière pas pareille : « Vous avez un corps… c’est à vous de décider de… ». « Moi, j’ai un goûter, mais j’ai pas un corps !, il a dit Alceste. Mon corps, c’est moi ! » Faut que je vous dise, Alceste, c’est un copain, il aime bien manger, il mâche lentement un peu toute la journée, et ça lui donne sûrement le temps de bien réfléchir à la vie.

Souvent quand il se bagarre, c’est moi qui lui tient ses croissants et après il m’en donne toujours un bout. Bon, a dit la maîtresse, je continue.

Nous on a trouvé ça bizarre, mais on a rien dit parce que des fois la maîtresse c’est comme si elle allait pleurer et nous on veut pas lui faire de peine.

Elle s’est mise à faire un petit rond blanc sur le tableau tout noir en disant : « Ça, c’est un spermatozoïde ». Et elle m’a demandé d’expliquer ce que c’était.

Ça tombait bien parce que Papa m’avait expliqué la semaine dernière le coup des petites graines que le papa donne à la maman… et après ça fait un bébé dans le ventre de la maman et paf !, le bébé sort. On lui fait des tas de câlins et on appelle Mémé pour la prévenir qu’elle est encore grand-mère.« Merci Nicolas, a dit la maîtresse, je reprends la leçon.

Bien sûr vous pensez tous qu’une famille c’est un papa, une maman et des enfants. Eh bien, il y a d’autres modèles, et ce serait drôlement rétrograde de pas l’accepter. Et si deux monsieurs s’aiment ou deux dames on voit pas ce qui les empêcherait de se marier et défaire ou d’adopter des bébés. »

« Ça tombe bien ! a dit Rufus. Moi j’aime bien Léanne et Chloé, alors je me marierai avec les deux en même temps puisqu’on s’aime. » Léanne a dit qu’elle était pas d’accord du tout, et Chloé a dit que de toute façon elle épouserait son papa, et que puisque deux monsieurs qui s’aiment pouvaient se marier, elle pourrait bien se marier avec son papa, parce qu’elle aimait très fort son papa. « Oui, a dit Rufus, mais il est déjà marié avec ta maman ! »

La maîtresse a dit que c’était pas le sujet et elle s’est remise à taper sur sa table, juste quand on commençait à drôlement bien s’amuser. Et elle a continué à expliquer : avec la technique on peut faire tout ce qu’on veut et tout ce qu’on pourra faire on le fera. On peut faire des PMA ou des GPA, et d’ailleurs louer son ventre ou louer ses bras à l’usine, c’est du pareil au même.

Puisque je m’aime, j’ai droit à mon clone ! Moi, a dit Rufus, j’ai vu un reportage à la télé, et on pourra bientôt faire des clones ! Puisque je m’aime, j’ai droit à mon clone ! Mais Agnan a dit que ce serait mieux de le cloner lui, parce qu’il était le premier de la classe et que M. Peillon préférait sûrement qu’on le clone lui et pas Rufus.Ils allaient commencer à se battre quand Geoffroy a rangé ses affaires et pris son sac. « Où vas-tu ? », a demandé la maîtresse. « Je m’en vais, a dit Geoffroy. Puisqu’on peut choisir son genre, bah moi, je vais aussi choisir mon espèce. Je suis un pingouin. Et comme les pingouins vont pas à l’école, je rentre chez moi. »

J’ai regardé Geoffroy, et je me suis dit que c’était vrai, il avait un peu une tête de pingouin et qu’après tout, c’était son choix. Mais Geoffroy, lui, il a regardé la maîtresse et il a compris que pingouin ou pas, il valait mieux revenir à sa place.

On allait chahuter, mais on s’est arrêté parce qu’au fond de la classe Juliette pleurait. Juliette on l’entend jamais, elle dit jamais rien… Et Juliette elle a dit que si c’était comme ça, elle allait se jeter sous un pont… Parce que déjà c’était pas facile de grandir surtout quand on a des parents séparés, que si en plus on faisait des enfants sans papa ou sans maman, alors c’était pas juste, c’était simplement moche, et que si tout le monde a le droit de s’aimer il faudrait pas oublier non plus qu’un enfant, ça a besoin d’un papa et d’une maman, et que c’est peut-être ça d’abord l’égalité des droits, et qu’on pourrait donner autant de papas qu’on voudrait à un enfant ça lui ferait jamais une maman.

Elle a dit tout ça d’un coup, et la maîtresse elle est restée longtemps la bouche ouverte et j’ai bien vu qu’elle avait très envie de pleurer. Mais elle a pas pleuré. Elle a pris Juliette dans ses bras, elle lui a fait un gros câlin comme Maman fait avec moi, en lui disant des choses gentilles dans l’oreille.

Après, elle nous a regardés. Et puis d’un coup, comme ça, elle a essuyé le tableau en disant que zut, tout ça c’était des bêtises et qu’on allait pas se laisser faire, et que si M. Peillon voulait faire cours à sa place, qu’il essaie un peu, mais qu’en attendant on allait faire de la grammaire. Non mais sans blague ! »

Texte écrit par M. Luc TESSON pour Famille Chrétienne 



Et M. et Mâme Cibou ne veulent pas voir les petits enfants jouer à ça :

 

72664_535707426469763_1073570510_n.jpg 

 

.... Et  M. et Mâme Cibou n'en veulent pas aux jeunes qui n'ont rien reçu de leurs parents et grands-parents, parce que leurs parents et grands-parents, pour ne pas leur faire de peine, et pour ne pas se mouiller n'ont transmis aucune valeur humaine (laissons là, la religion...)... et leur ont permis de vivre selon leur bon plaisir, leurs envies du moment, saisonnières et surtout passagères.... Sans frustation d'aucune nature, sans les prévenir des dangers de cette vie, en ne semant rien, et leur faisant miroiter un miroir aux alouettes où ne se reflète rien de la vraie vie.... Cette vie de tous les jours, insupportable sans Espérance et juste un peu moins difficile à supporter avec cette même Espérance....

On ne peut pas en vouloir à ces femmes hystériques qui ont attaqué Notre-Dame de Paris, parce qu'elles ne savaient pas ce qu'elles faisaient... Pensant qu'en attaquant les Cloches de Notre-Dame, tout juste bénies par Mgr Vingt-Trois, et à travers cette action parfaitement imbécile et haïssable, elles feraient "avancer" la cause des femmes... parce qu'il faut être très malheureux dans sa vie pour n'occuper son temps qu'à la provocation et à la souillure de son corps... Il faut avoir une vie bien vide pour n'avoir aucune considération pour son corps exposé à demi-nu sur lequel on y écrit des injures grossières à l'égard de son prochain.... Alors que le corps de la femme est fait pour donner la vie, que ses bras sont faits pour bercer et ses lèvres pour embrasser.... Elles ont à tout jamais sali le leur... Que penseront un jour, leurs propres enfants, si elles en ont déjà ou qu'elles en aient un jour, si on leur montre, un jour, une photo ou une vidéo de leurs pauvres mères dans de telles attitudes ?

.... M. et Mâme Cibou en veulent terriblement à ces vieux c**** qui, grâce à leur devise soixante-huitarde attardée : "il est interdit d'interdire" n'ont semé, sous les pas de nos jeunes, que cailloux, épines et vermine... Leur disant qu'ils n'étaient jamais responsables de leurs fautes et que les autres l'étaient toujours pour eux.... Et qu'ils ne pourraient rien changer à leur triste sort que les armes à la main et la haine à la bouche.

... Qu'on n'arrête un peu d'emmerder (en toutes lettres), M. et Mâme Cibou en les serinant des fautes passées de l'Eglise Catholique.... : quelle autre institution ou religion, a reconnu, dénoncé et combattu au grand jour, l'inquisition, les déportations, la pédophilie et tous les autres péchés des hommes ? Quelle autre institution que la nôtre n'oeuvre autant de part la monde, contre la misère et la maladie ? Aucune.

Pour toutes ces raisons, M. et Mâme Cibou ne veulent pas être à la mode, comme nous le demande notre cher et tellement aimé, Saint Père Benoît XVI, déjà tellement regretté : 487781_139189532912421_1779415869_n.png

.... Qu'on se le dise : aujourd'hui, M. et Mâme Cibou entrent vraiment en résistance...

 





 

 

 

 

9 février 2013 6 09 /02 /février /2013 12:11

426707_4781463213571_1408741643_n.jpg395631_141064566055032_974121265_n.jpg580512_126233977549035_82565174_n.jpg

7 février 2013 4 07 /02 /février /2013 16:18

404851_141338279360994_858013898_n.jpg

 

.... Ou l'Hexa-connerie, au choix : on n'a pas atteind le fond, mais on n'est pas loin :)

6 février 2013 3 06 /02 /février /2013 09:58
 

Le livret de famille, c'est fini

LE MONDE |05.02.2013 à 15h14• Mis à jour le05.02.2013 à 18h26Par Serge Tisseron, psychiatre et psychanalyste

 

 fermer

 

Selon le psychiatre Serge Tisseron, vouloir fabriquer des livrets de famille avec "parent 1" et "parent 2" paraît dérisoire au regard des enjeux de la PMA ou de la GPA. Selon le psychiatre Serge Tisseron, vouloir fabriquer des livrets de famille avec "parent 1" et "parent 2" paraît dérisoire au regard des enjeux de la PMA ou de la GPA. | AFP/CORR

 

Il est impossible d'installer les bouleversements liés aux nouvelles méthodes de procréation médicalement assistée (PMA) à l'intérieur de l'ancienne organisation familiale, dont le cadre législatif avait été conçu pour donner aux enfants nés en son sein un père cumulant les fonctions de géniteur présumé, d'éducateur privilégié et de donneur de nom.

Vouloir fabriquer des livrets de famille en faisant apparaître un "parent 1" et un "parent 2" paraît dérisoire au regard des enjeux, notamment du fait de l'augmentation d'enfants nés par PMA, par dons de spermes, d'ovocytes et, de plus en plus, d'embryons.

LA LEVÉE DE L'ANONYMAT DES DONNEURS

Rappelons donc d'abord un préalable : toute réforme de la parentalité commence par la levée de l'anonymat des donneurs. Il est heureux de constater que les adversaires traditionnellement les plus résolus de cette levée y arrivent petit à petit, face aux dangers potentiels que pourrait représenter le fait que deux femmes ou deux hommes élèvent un enfant dans le déni de la place de l'homme ou de la femme qui aurait pris une part à sa conception.

La signification principale de l'ancien mariage était de fonder une présomption de paternité de l'époux. Il en a résulté un objet bien connu, le livret de famille. Il est bien évident que, avec les nouvelles méthodes de procréation, ce document ne peut pas subsister tel quel. Et c'est là que l'idée de séparer mariage et filiation apparaît très intéressante, au point de pouvoir conduire, à terme, à remplacer le traditionnel livret de famille par deux documents complémentaires.

Le premier serait le livret de mariage, qui permettrait d'officialiser dans un cadre légal le mariage de deux humains de même sexe ou de sexes différents, qu'ils aient, ou non, le projet d'avoir ensemble des enfants. Ce livret de mariage pourrait-il, un jour, être ouvert à des créatures virtuelles ? Au Japon, un citoyen a demandé à pouvoir épouser une créature de manga, ce qui lui a été refusé... Mais un sondage a montré que sa proposition était approuvée par une majorité de Japonais !

Bien que nous n'ayons aucune idée de ce que chacun vivra bientôt avec son robot de compagnie, la nécessité d'un consentement éclairé rendra toutefois impossible l'élargissement d'un tel contrat !

LES TROIS FILIATIONS

Par ailleurs, chaque enfant bénéficierait d'un livret de filiation indiquant les trois filiations qu'il est aujourd'hui indispensable de distinguer. La première est la filiation génétique fondée sur l'origine des gamètes dont il est issu. Ainsi serait clairement précisée l'identité du géniteur et l'identité de la génitrice, sans que cela implique de leur part aucune forme de contrainte éducative que ce soit.

Cette reconnaissance ouvrirait la porte à l'instauration d'une connaissance par chacun de ses données génétiques et, si cela est possible, par un contact avec les parents donneurs de gamètes, d'une connaissance de leur généalogie.

De cette manière, deux parents de même sexe ne risqueraient pas de susciter chez leur enfant une dénégation des rôles spécifiques et indispensables que prennent encore un homme et une femme dans sa conception.

Une deuxième rubrique de ce livret de filiation serait consacrée au(x) parent(s) qui ont donné son nom à l'enfant. Il est en effet tout à fait possible qu'un parent, aujourd'hui "père" ou "mère", donne son nom à un enfant sans pour autant l'avoir conçu ou sans l'élever.

C'est évidemment le cas des enfants reconnus à leur naissance par leur géniteur, mais qui se trouvent ensuite élevés, du fait d'une brouille entre les parents, par une autre personne.

L'ÉDUCATION DE L'ENFANT

Enfin, ce livret de filiation comporterait la mention de la filiation éducative, c'est-à-dire l'identité de ceux, hommes et/ou femmes, dont le rôle est reconnu dans l'éducation de l'enfant.

Il faudrait alors laisser la porte ouverte à diverses personnes pouvant intervenir à un degré ou à un autre : ce n'est pas pour rien que de nombreuses cultures ont instauré, à côté des parents, l'existence des parrains. Les grands-parents peuvent également avoir un rôle éducatif reconnu avec les droits et les devoirs qui leur sont afférents, notamment lorsque certains parents sont défaillants, disparus ou décédés.

Une telle distinction permettrait que le mariage pour tous n'engage que le consentement éclairé des deux humains qui le sollicitent, quel que soit leur sexe, sans rien engager d'un acte de filiation qui en aurait été radicalement séparé. Et tous les enfants seraient égaux par le droit qui leur serait reconnu d'être informé des trois formes de filiation qui concourent ensemble à leur existence à la fois physique, psychique et sociale.

Serge Tisseron, psychiatre et psychanalyste

 

Lire aussi la tribune de la philosophe Sylviane Agacinski : Deux mères = un père ?

 

Lire aussi la tribune de la sociologue Martine Gross : Fonder la filiation sur l'engagement parental plutôt que sur la nature

 

 

 

 

 

 

 

 4 février 2013 - Historique et invisible

L’adoption plénière par les couples de même sexe a été votée en 1ère lecture à l’Assemblée nationale dans la nuit de dimanche à lundi sans que personne ne s’en aperçoive !
Dans la foulée, les députés ont voté ce lundi après-midi le changement du mode d’attribution du nom du père pour tous les enfants, sous la pression des lobbies féministes.

         

HISTORIQUE ET INVISIBLE !

L’adoption plénière par les couples de même sexe a été votée en première lecture à l’Assemblée nationale dans la nuit de dimanche à lundi sans que personne ne s’en aperçoive !
Dans la foulée, les députés ont voté ce lundi après-midi le changement du mode d’attribution du nom du père pour tous les enfants, sous la pression des lobbies féministes.

Alors que 55% des Français sont contre, l’adoption plénière d’un enfant par deux personnes de même sexe a été adoptée dans le plus grand silence médiatique cette nuit à l’Assemblée nationale par des députés au bord de l’épuisement – comme manifestement les journalistes qui n’ont rien vu passer ! Tous les amendements de l’opposition proposant de séparer l’union de la filiation ont été rejetés, dans l’indifférence générale.

Cette nuit, une filiation nouvelle entre deux hommes ou deux femmes a été votée par les députés, tandis que les débats se tenaient en pleine nuit jusqu’à 8 heures du matin et que les médias bruissaient encore des passes d’armes entre le gouvernement, le Premier ministre et le président du groupe PS sur la PMA !

Ce vote résulte de l’adoption de l’article 1er bis (nouveau) inclus dans un chapitre 1er bis nouveau traitant des « dispositions relatives à la filiation adoptive ».
Si ce vote est confirmé au Sénat, des enfants seront légalement reconnus comme étant nés de deux hommes ou de deux femmes !

Par ailleurs, une autre révolution concernant l’identité civile de tous est survenue au détour de l’article 2 : la modification de l’attribution automatique du nom du père à l’enfant, au profit de celui des deux parents. La disposition, inscrite dans l’article 2 du projet de loi, prévoit qu’en cas d’absence de choix des parents, ou de désaccord, le nom de famille de l’enfant sera composé des deux patronymes de ses parents, dans l’ordre alphabétique.

On assiste ainsi à un débat et à un vote fait de « ruse », d’« entourloupe », n’en déplaisent à Madame Taubira ! Nous assistons à une mascarade de démocratie parlementaire, politique et médiatique !

Dans ce contexte, La Manif Pour Tous, avec la ManifPourtTous-Lyon organise

ce mercredi 6 février 2012 à 14h (Lieu à préciser)
une conférence de presse en compagnie des députés
qui mènent héroïquement le combat contre ce projet de loi,
et qui recevront pour l’occasion
les félicitations et les encouragements publics des citoyens
et se verront remettre un livre blanc
issu des Etats Généraux pour L’Enfant
qui ont eu récemment lieu à Lyon.

Les porte-parole de la Manif Pour Tous appelleront tous les autres députés opposés au projet de loi à être nettement plus présents pour soutenir et voter massivement les quelques 3000 amendements restants que le ministre des Relations avec le Parlement souhaite voir supprimés.
Enfin, comme ils l’ont fait samedi 2 février, jour du vote de l’article 1, avec plus de 300 000 personnes dans la rue, ils exhorteront les députés contraints par l’idéologie dominante, les lobbies, la discipline partisane ou seulement la peur, à choisir de reprendre leur liberté de conscience !

1 février 2013 5 01 /02 /février /2013 23:17

 

Mariage pour tous : Lettre de soutien d'un militant d'extrême gauche à Frigide Barjot

Ilan Simon, militant d'extrême gauche membre d'Ars Combat, organisation communiste-trotskyste apporte son soutien à Frigide Barjot en opposition au projet mercantile du Gouvernement visant à la "marchandisation de la procréation".

Lettre ouverte à Frigide Barjot, du collectif manif pour tous d'Ilan Simon, militant à l'ARS Combat, organisation communiste-trotskyste.

"Mariage, adoption, PMA : Une opposition à l'extrême gauche au projet mercantile du Gouvernement sur le développement de la marchandisation de la procréation. Contre l'extrême-droite réactionnaire et homophobe et contre la complicité de la gauche bourgeoise et de l'extrême gauche opportuniste. Pour la protection du droit de l'enfant, contre la marchandisation de la procréation aiguisé par l'appétit des grand laboratoires pharmaceutiques."


Frigide,

Suite à notre entretien téléphonique, et la sympathie que tu as témoigné envers ma démarches, je te renouvelle mon total soutien dans ton combat contre le projet du gouvernement qui vise, sous couvert de l'ouverture du mariage au couple de personnes du même sexe, à développer la marchandisation de la procréation sur la base des positions défendues dans l'article publié par notre journal COMBAT N°62 sont le titre est "le mariage pour tous: les autres enjeux du débat".

Pour mémoire, je suis militant depuis environ cinq ans à l'ARS COMBAT, une organisation communiste-trotskyste qui se revendique du marxisme révolutionnaire, dans la continuité du programme de la IV Internationale. Cette organisation a été constituée il y a environ dix ans en rupture avec l’extrême gauche opportuniste" petite-bourgeoise" du NPA (ex LCR). J'exprime ici, tout haut, ce que beaucoup au sein de l'extrême gauche pensent tout bas et n'osent pas dire pour ne pas avoir à faire face aux pressions qui se traduise parfois par des menaces à peine voilées d'agressions physiques.

Je m’oppose à l’extrême droite réactionnaire qui veut instrumentaliser ce débat pour encourager dans la société les préjugés "homophobes" mais qui sont en réalité les défenseurs les plus radicaux de l’ordre social bourgeois à l’origine de ce projet mercantile. La position exprimée par l’ARS COMBAT, l’organisation dans laquelle je milite, est également en rupture avec la position opportuniste et irresponsable du NPA, qui s’associe publiquement à l’inter-LGBT, une officine bourgeoise soutenue publiquement par Pierre Bergé, grand patron milliardaire du Luxe, par ailleurs propriétaire de "Tétu", aux côté de qui certains militants notoires de cette extrême gauche n'ont pas hésité à défiler le 18 décembre 2012. Des militants "anti-capitalistes" et "révolutionnaires" de la première heure, comprenne qui pourra…

La droite parlementaire feint de s’opposer à ce projet de marchandisation. Elle dépose des milliers d’amendements et s’exprime publiquement pour un référendum au nom de sa conception réactionnaire de la famille bourgeoise. Mais cette même droite est inféodée à la bourgeoisie et les commanditaires de ce projet. Elle se garde bien évidemment de s’engager en quoi que ce soit à une remise en cause de ce qui sera voté par le parlement dominé par son alter ego, la gauche bourgeoise. Comme dans bien d’autres domaines, la gauche comme la droite ne revient jamais sur des lois scélérates votées "démocratiquement" par la précédente majorité électorale.

La gauche réformiste, bourgeoise, du Front de Gauche dirigé par Mélenchon et son acolyte Pierre Laurent, dirigeant du PCF, encourage le gouvernement PS dans ce projet. Ils restent dans la continuité de cette gauche réformiste de collaboration de classe, qui apporte le label féministe et progressiste à un projet industriel au nom d’un égalitarisme de façade, sans se préoccuper des dangers réels du projet. Au nom de l'égalité pour tous, ils renient le droit de l'enfant à naitre à connaitre son père et sa mère, apportant comme d’habitude la caution gauchiste au projet le plus vil de la bourgeoisie.

Quant au P.S., il nous explique, par la voix de Najat Wallaud BELKACEM, porte-parole du gouvernement, que la majorité des Français ayant voté pour le programme de François Hollande, ils auraient donc voté implicitement pour la PMA pour tous. Un summum de la mauvaise foi. Sans doute, il y aurait déjà beaucoup à dire sur les limites de la démocratie "bourgeoise" : "un paradis pour les riches et un leurre pour les pauvres", affirmait avec justesse Lénine. Mais je fais remarquer à la porte-parole du gouvernement que dans ces institutions "démocratiques", les élus ne sont nullement engagés sur leur promesse. Ils sont portés au pouvoir sur la base d'un projet global sur l'application duquel chacun, en tant que citoyen, dispose d'un droit de regard. Il n'est écrit nul part que l'élection est un chèque en blanc.

Ainsi le débat est finalement réduit à une opposition factice entre "réacs" et "progressiste", entre athée et religieux, entre gauche et droite. Et bien je dénonce cette grossière manipulation qui a pour objet inavoué de geler le débat pour faire passer la pilule en douceur.

L’ARS COMBAT est la seule organisation communiste révolutionnaire qui a eu le courage de se démarquer de cette ambivalence imposée en publiant un article dans son journal n°62. Cet article développe à la fois une position favorable à aux développements de l’union civile pour les personnes homosexuelles qui désirent se marier : "Et nous disons avec eux que la société doit favoriser et reconnaître les liens d'affection entre ses membres" mais émet des réserves "sur la question de l’adoption par les couples de personnes homosexuels et s’oppose clairement à la volonté réelle de développer la marchandisation de la procréation. Car les militants de l’ARS COMBAT, se revendique du socialisme scientifique : le marxisme. Car le matérialisme dialectique fut l'immense apport de Marx à la compréhension du monde. Les lois, la pensée, la morale ne sont pas perpétuelles et ne sont le reflet matériel des rapports de production. Nous nous revendiquons donc d’une approche scientifique de développement des sociétés et des rapports humains.

Or comme le rappel l’article de notre journal : "les associations qui ont choisi de se battre pour la reconnaissance du mariage des couples homosexuels posent dans leur majorité la question de l'adoption pour ces mêmes couples. Et sur ce point, il faut affirmer, face aux furies d'un égalitarisme caricatural et borné, que ce n'est pas être homophobe que de poser la question, à notre tour, de l'impact psychologique et affectif sur l'enfant élevé par un couple homosexuel. Car si la famille a toujours évolué, il n'y a jamais eu à notre connaissance de familles constituées de membres d’un seul et même sexe. D’autre part, nous ne pouvons ignorer les nombreuses études qui ont démontré l’impact négatif de l’absence du père sur le développement de l’enfant.”

Se revendiquer du marxisme, c’est faire siens les découvertes révolutionnaires de Freud, le fondateur de la psychanalyse, la "science de l’âme humaine" selon Trotsky. On ne peut pas jouer avec légèreté avec la procréation humaine et le devenir des enfants. Le principe de précaution s’impose. Au-delà des débats entre spécialistes de la petite enfance, qui rappellent en majorité les conséquences néfastes de l’absence du père dans la construction psychique de l’enfant, l’égalité des enfants à naitre n’est-elle pas moins importante que les désirs égoïstes des adultes et surtout des appétits des patrons des grands laboratoires ?

Il serait pourtant possible de concilier les désirs sincères de parentalité de personnes homosexuelles avec la nécessité des enfants à bénéficier d’un référent masculin et féminin. Pourquoi ne pas développer la coparentalité et encourager la garde alternée afin de permettre à l’enfant de vivre en alternance avec son père ou sa mère indépendamment de leur orientation sexuelle.

En conclusion, l’enjeu est majeur. Je vous apporte donc mon soutien, sur la base des positions défendues par l’ARS COMBAT. Car lorsqu’il il s'agit de protéger l'avenir de l'humanité contre la rapacité aveugle du capitalisme, il est nécessaire à nos yeux de passer au-dessus du clivage philosophique entre la critique de la religion développée par la pensée de Marx et la catholique, Frigide Barjot.

Pour finir, je renvoie les sectaires du courant trotskyste et les opportunistes de l’extrême gauche petite-bourgeoise, au texte de Lénine "Socialisme et religion", dans lequel il envisage clairement de permettre à certains prêtres la possibilité de rejoindre le parti du prolétariat révolutionnaire sous certaines conditions.


Salutations révolutionnaires,

ILAN SIMON de l’ARS COMBAT


Pour consulter l'article "Mariage pour tous : Les autres enjeux du débat",
  cliquez ici


Contact

Tel : 06 64 58 23 98
Email : ilansimon@hotmail.fr
.....

 

ça nous console de cette imbécile qui ne veut un autre adjectif moins "genrée" pour définir l'Ecole Maternelle. Alors, ça fait toujours rêver le mariage pour tous ..... ?????     Parlez-vous le Mazetier ?link  

31 janvier 2013 4 31 /01 /janvier /2013 10:54
UN DÉPUTÉ COMMUNISTE OUTRE-MER CONTRE LE MARIAGE GAY

Une intervention brillante de Bruno Nestor AZÉROT,
député du Groupe communiste.

Madame la Garde des Sceaux, Madame la Ministre, Monsieur le Président, chers collègues,

J'ai soutenu jusqu'à présent tous les projets et engagements de la gauche. Mais il y a aujourd'hui une profonde confusion qui m'interpelle. La liberté de conscience et de vote qui existe au sein de mon groupe parlementaire, le GDR, me permet d'exprimer une voix qui est celle d'un homme libre d'Outre-mer, et j'en remercie mes collègues du groupe dont les avis sont divers et très partagés sur ce texte.

Outre-mer, en revanche, la quasi totalité de notre population est opposée à ce projet qui bouscule toutes les coutumes, toutes les valeurs sur lesquelles reposent nos sociétés ultramarines. Cette voix doit être entendue et comprise. Et nous devons exprimer cette opinion à notre électorat qui ne comprend pas ce qui se passe ici et maintenant.

Le risque est en effet grand d'un profond désenchantement vis-à-vis de la politique du gouvernement, voire d'une cassure morale irrémédiable.

Car ce texte ne donne pas une liberté supplémentaire, il fragilise le délicat édifice sur lequel se sont construites nos sociétés antillaises et guyannaises après l'abolition de l'esclavage. Il y a même à mon sens un risque de rupture de pacte républicain qui nous lie depuis plus deux siècles à la France.

Cette question du mariage homosexuel appelle en effet de ma part des réflexions de fond. Il est nécessaire de distinguer la question de l'homosexualité et celle du mariage gay. Et la confondre, comme l'ont fait certains orateurs, n'est pas honnête.

L'homosexualité est une pratique qui relève de la sphère privée. C'est une réalité, qu'il faut prendre en compte, et appelle des droits et une protection de vie privée pour ceux qui pratiquent.

Le mariage gay et l'adoption pour les couples homosexuels relève eux de la sphère publique en ce qu'ils bouleversent la norme en vigueur en établissant une nouvelle norme en matière de famille, de filiation et de transmission patrimoniale. Sur ce chemin là, précisément, nous ne pouvons pas suivre.

Peut-on parler en effet de progrès et de nouvelle liberté ?

À l'origine, en établissant le mariage comme institution, la société a donné un cadre juridique à une donnée naturelle : l'union d'un homme et d'une femme en vue de la procréation d'un enfant. Peut-il en être de même avec le mariage gay ? À l'évidence non.

Certes, aujourd'hui, le mariage est plus un mariage sentiment qu'un mariage procréation, comme il l'était autrefois. L'enfant n'est plus la finalité du mariage, et des personnes hors du mariage peuvent au contraire avoir envie d'enfants, ou des couples stériles.

La question qui se pose est donc de savoir plutôt si le sentiment doit devenir le sens nouveau et unique du mariage, ouvert à tous les hommes et les femmes, fussent-ils hétérosexuels ou homosexuels.

Doit-on révolutionner ainsi le mariage en France et en Outre-mer au risque de perdre nos valeurs fondamentales ? Allons nous vers cette société où l'individualisme hédoniste remplacera nos vieilles doctrines (…?) et socialistes fondée sur la solidarité, la liberté, l'égalité.

La famille, pivot de notre société depuis les Constituants et la Révolution Française, depuis l'émancipation de 1848, va t-elle exploser au sens littéral du terme ? Notre responsabilité est grande devant l'histoire.

Moi, issu - homme issu d'un peuple opprimé, réduit à l'esclavage, où le système social était un système qui refusait à un homme et à une femme de pouvoir avoir un enfant et de se marier légitimement, où le mariage était interdit, et fut une conquête de la liberté, j'AFFIRME le droit à l'égalité dans la différence et non dans le même, le semblable, l'unique.

Car enfin, au nom de l'égalité, du refus des discriminations, peut-on établir une équivalence entre tous les couples ? Je crois au contraire que l'on ne peut mettre fondamentalement hérérosexualité et homosexualité. Un homme et une femme n'est pas pareil que deux hommes ou deux femmes ensemble.

Établir une équivalence, une nouvelle égalité, une nouvelle norme, c'est nier la réalité. C'est établir une oppression en confondant genre, sexe et pratique. C'est un diktat de la pensée contre l'humanité vitale et le droits de l'homme et de la femme.

Refuser cette différence naturelle, c'est refuser la différence sexuée. C'est déjà revenir sur l'oppression de la femme et de ses droits émancipés. C'est instaurer une nouvelle contrainte.

Oui : car cela interdit de faire la différence désormais entre un homme et une femme au risque d'être discriminatoire.

Et l'enfant ? Puisque deux hommes ou deux femmes ne peuvent procréer, que va-t-on faire ? Car pour procréer, il faut bien un homme et une femme.

Donc, inéluctablement, il y aura recours à la Procréation Médicale Assistée, car ce désir d'enfant est légitime. Mais ce n'est pas le droit qui refuse aux homosexuels d'avoir un enfant, c'est la Nature ! Alors, pour pallier ce problème de stérilité (…?), on aura recours à la PMA.

Où est donc le progrès social ? Où est la liberté nouvelle ? Comment voulez-vous qu'un homme dont les ancêtres ont été vendus et chosifié ne soit pas inquiété par cela ?

La gauche a le pouvoir dans cette assemblée. Je suis un homme de gauche. C'est parce que je suis un homme de gauche que je préfère l'humain et l'humanisme à ce que sous-entend ce texte.

Alors qu'un tiers des hommes et femmes d'Outre-mer est sous le seuil de pauvreté, quand notre PIB est d'un quart inférieur à celui de l'Hexagone, et que 60% des jeunes de moins de 25 ans sont toujours au chômage, n'y avait-il pas d'autre priorité ?

Que dirais-je à ce jeune martiniquais qui entré dans la délinquance et sans travail, dont les parents sont aussi sans emploi, est sans logement et qui n'a pas de quoi se nourrir. Il n'a pour seule alternative que de récidiver pour pouvoir être reconduit en prison pour pouvoir avoir enfin un toit et à manger. Que lui dirais-je demain ? Que je lui ai offert en tant que législateur une grande liberté : non pas du travail, non pas un logement, non pas un avenir décent, non pas un espoir de vie, mais le mariage pour tous !

À mon grand regret, mais avec ma conviction d'homme engagé et libre de gauche, je ne voterai pas ce projet qui est attentatoire aux libertés, et ne répond pas aux aspirations profondes du peuple, en particulier en Outre-mer.

Je vous remercie.
 
 
.... Monsieur Bruno Nestor AZEROT : c'est NOUS qui vous remercions.
 

Présentation

Chroniques provinciales

D'Auféminin

Décoration

En famille

Histoires d'Histoire

Le très utile

Les boutiques en ligne

Les fans du rouge

Les mains droites très douées

Les voyageurs

Mes p'tits grains de folie

Revues de presse

Spiritualité

Texte Libre

Benoit_XVI_-_a_son_election_19_avril_2005.jpg

... Avec Vous, Très Saint Père, même si la Vérité que vous nous dîtes chaque jour, ne fait pas toujours plaisir à entendre... Tant pis, avec Vous, Très Saint-Père, quand même ;)

Archives

Tutos Juridiques Pour Tous