Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 mai 2010 3 05 /05 /mai /2010 22:14

"Paru le 2010-05-05 16:25:00

Méry-sur-Oise, France – Alors qu’un boulanger avait l’habitude de klaxonner lorsqu’il effectuait sa tournée, il a été condamné à 150 euros pour "usage abusif" de son avertisseur sonore. Le boulanger klaxonnait durant sa tournée matinale, et cela troublait la tranquillité du voisinage. A tel point qu’un couple avait porté plainte pour tapage diurne en 2007, après avoir demandé l’aide de la mairie et du syndic de copropriété, explique l’AFP. Le juge de proximité avait alors en 2009 condamné le boulanger à 200 euros d’amendecour d’appel de Versailles a aujourd’hui décidé de ne lui imposer que 150 euros d’amende et de ne pas le juger coupable pour trouble à la tranquillité. D’ailleurs, le juge de l’affaire a tenu à préciser que le couple ayant porté plainte ne souhaitait pas l’arrêt de la tournée de pain qui dure depuis 1996, mais simplement que le klaxon ne soit plus utilisé de manière intempestive. De plus, le juge a considéré la réaction du boulanger, de stopper toute distribution de pain du fait des poursuites judiciaires, exagérée. A noter que le couple ayant porté plainte a depuis déménagé après avoir fait l’objet de moqueries. " 

 

 

... J'le trouve un peu "gonflé"  le juge de "reprocher" au boulanger sa décision de stopper sa distribution de pain, suite à l'amende qu'il vient de lui infliger...


J'le trouve d'autant plus "gonflé" que les ch****, objets des railleries de leurs voisins, s'en sont sauvés sous d'autres cieux, à la recherche d'autres boulangers itinérants klaxonneurs à em*** ....


.... C'est bien joli de condamner le boulanger pour "tapage diurne" .... Mais comment, qu'il fait le boulanger, lors de sa tournée, pour avertir de son arrivée s'il peut plus klaxonner ? Il siffle ? Il chante ? Il aboie ? Il miaule ? Il textote ? Il maile ?


Et pour un coup de klaxon matinal, ça valait vraiment le coup de déranger un tribunal ? Zont pas aut' chose à faire les juges que de perdre leur temps avec un klaxon boulanger ?


...Ya quand même des choses plus graves à juger, qu'un klaxon boulanger bruyant et matinal... Je sais pas moi, dans ce patelin, ya bien au moins un coq à faire taire

Repost 0
Published by ciboulette100 - dans Chroniques de province
commenter cet article
5 mai 2010 3 05 /05 /mai /2010 07:00

Il est quand même des hasards curieux.... Alors que je pensais connaître Notre Dame de Cunault comme ma poche, il aura fallu que j'y amène promener Mamina et Papili, pour tomber nez à nez avec ce qui suit :

 

 

 

"CARILLON D’EXIL EN DOUCE LOIRE
( Les Bahuts du Rhumel - René BLANC – 25 septembre 2000)

Si vos pas vous mènent un jour sous les cieux du Maine et Loire, à quelques encablures de Saumur, ne vous privez pas du détour qui vous fera découvrir l’ancienne prieurale de CUNAULT, une merveille du XI° siècle, édifiée sur la rive gauche du plus long fleuve de France.

Là se déroule l’exil sonore et néanmoins nostalgique des quatre cloches qui carillonnèrent autrefois au clocher à cinq pointes de la cathédrale de CONSTANTINE, un clocher parfois fréquenté, on s’en souvient, par de caquetantes cigognes.

La plus grosse (1 m 75 de diamètre à la base, 2181 kg) fut un do, baptisé Augustin, don de l’empereur Napoléon III. Viennent ensuite, le ré, Félix-Louis (1431 kg), le mi bémol, Dolorès Joséphine (1241 kg) et le sol, Emma-Viventa, la plus petite, mais ne pesant pas moins de 828 kilos.

Ces vénérables compatriotes [fondues à LYON en 1869 et 1876 par Burdin Ainé] ont été baptisés par Mgr Barthélémy de Las Cases et, pendant 93 ans, vibrèrent au dessus du Rocher, pour clamer la joie ou déplorer l’infortune des hommes.

Vint 1962, quand la cathédrale, ancienne mosquée Souk-El-Ghezel, dut être rétrocédée au culte musulman. Qu’allait-il alors advenir des cloches? Les frères Roland , entrepreneurs de travaux publics à Constantine, décidèrent d’enlever et d’acheminer, à leurs frais, ces quatre énormes masses jusque dans le Loiret où Mgr Pinier (évêque de Constantine) avait négocié leur sauvegarde. Mais, très vite, on dut se résigner à la navrante évidence : aucun clocher ne serait assez solide pour supporter un tel poids ; l’infortuné "quatuor" constantinois fut donc impitoyablement mis en dépôt en attendant d’être fondu. Informé providentiellement, le père Louis Boreau, recteur de Notre Dame de Cunault – située à mis chemin entre Angers et Saumur – s’en fut examiner ces cloches sacrifiées, qu’il souhaitait recueillir chez lui… mais se trouva quelque peu confondu devant leur masse imposante. Sans doute aurait-il renoncé à son projet de les voir transférées jusqu’à son sanctuaire renommé, si des paroissiens, Mme et M. Lefèvre, n’avaient pris le relais des frères Roland, en assurant à leurs frais, le transport des encombrantes rapatriées.

Parvenues à bon port, elles furent prises en charge par l’association " Les Amis de Cunault " qui a pour but la sauvegarde du célèbre monument angevin. Il fallut alors édifier une solide charpente, capable de supporter les six mille kilos des futures occupantes du clocher. 25 tonnes de bois et quatre années de labeur furent nécessaires pour mener à bonne fin la réalisation de cette gigantesque entreprise, comparable à celle des anciens bâtisseurs de cathédrales. Parallèlement à cet ouvrage titanesque, des techniciens en électronique installaient un tableau de commandes pour coordonner la mise en branle et l’ample mouvement des quatre majestueuses masses de bronze.

Ce nouveau carillon fut inauguré le 9 octobre 1966.

A Dolorès-Joséphine et Emma Viventa, l’annonce des messes ; à Félix-Louis le glas des sépultures ; à Dolorès-Joséphine le triple appel quotidien de l’Angélus, au trio encore valide, le jubilant carillon des mariages et des baptêmes.

Dès lors, depuis plus de trente ans, c’est au cœur de " la douceur angevine " que retentissent les notes claires du chœur d’airain né au bord du Rhône impétueux… riverain nonagénaire du fougueux Rhumel…paisible retraité aux berges majestueuses de l’aimable Loire. 

Cet article extrait de la revue " Les Bahuts du Rhumel " est affiché dans la prieurale. Quelques modifications et précisions mineures ont été apportées (JC Pons)."

 

.... Quand même, ya de drôles de coïncidences parfois...

Repost 0
Published by ciboulette100 - dans Chroniques de province
commenter cet article
4 mai 2010 2 04 /05 /mai /2010 08:30

Tomb Tomb

 

 

A gauche, la tombe d'un membre de la famille à Papa... Une grande-tante ou une arrière-petite-cousine....

 

A droite, la tombe la plus émouvante, celle de mes grands-parents maternels...

 

Je ne les ai jamais connus,

 

Olga est partie dans la fleur de l'âge à 39 ans, en 1947,

Antonin, parti en 1956, 3 mois avant le mariage de Maman,

mort de chagrin....

 

Leur tombe est encore "entretenue" par mes oncles qui ont refait faire la dalle l'an dernier,

 

Cela paraît dérisoire comme "entretien", mais ils ne pouvaient faire mieux... Au moins, leur tombe est préservée.

 

Qui prendra le relais après eux ?

 

Faisant partie de leurs 5  petits-enfants nés "là-bas",

Etant la plus proche géographiquement, les 4 autres étant au Canada,

 

Il ne restera que moi, et je ne m'imagine pas laisser leur tombe livrée aux ronces... Je ne m'imagine pas les abandonner une seconde fois...

 

Qui vivra, verra...

 

Text A

 

.... La plaque de Lourdes, que Maman leur a demandé de placer,

 

Le cimetière de Sfax est placé sous la responsabilité du Consulat Général de France à Tunis...

 

 

 

La Cathédrale de Sfax où je fus baptisée...

 

 

Traquinette me demandait si  nous étions retournés là bas. Non, jamais ou pas encore, je ne sais quelle réponse convient le mieux.

 

Mes parents n'ont jamais voulu faire ce pélerinage, changeront-ils d'avis, je ne sais pas, ils sont en excellente forme et ils n'ont que 77 et 75 ans....

 

Et moi, j'aimerais y retourner avec eux,

Je ne veux pas y aller avec les yeux du touriste,

Je voudrais y aller, juste une fois,

Avec eux, juste pour revoir cette petite fille de 5 ans,

jouer dans le jardin de sa maison.

 

 

Et puis hier le commentaire de Pat : "Très bel hommage qui me bouleverse.

Moi, je faisais partie de la seule famille de français 100% cocorico dans notre immeuble à Marseille. J'ai appris ainsi à connaitre des gens d'horizons différents et de cultures différentes.

Nous échangions au goûter nos tartines de beurre sausoudrées de cacao avec les tartines à l'harissa de Danielle dont la maman préparait le shabbat dès le jeudi soir dans sa cuisine. Mes parents heureux propriétaire d'un lave-linge, lui faisait traverser le palier le dimanche afin que madame Caputo puisse laver les draps des 10 personnes qui vivaient dans son T4 en échange de quoi nous allions regarder la tv le dimanche après-midi alignés en rang d'oignons sous l'immense table qui occupait toute leur salle à manger, les adultes ayant droit aux chaises. J'ai échangé mes limonades avec des verres d'antésite, mes batons de réglisse avec de la "caca d'oie ou Halva". Qunad il manquait un oeuf pour faire du pain perdu , on n'hésitait pas à toquer chez notre voisin Momo qui dépannait tout le monde.  8 appartements occupés par des arabes, des pieds-noirs, des métros, des juifs, un responsable du PCF et tout le monde se respectait et se rendait service... Qu'est ce qui a fait qu'aujourd'hui les différentes communautés se replient , s'ignorant, se méfiant ou pire se haissant??? Je vous parle d'un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaitre"

 

....Oui, qu'avons-nous fait ou que n'avons-nous pas fait pour que ces communautés qui vivaient en paix et en harmonie il y a peu encore, en soient arrivées là ? Quel mal ronge notre société ? Où sont donc passées ces valeurs humaines qui ont aidé tant d'exilés à faire leur cette terre qui ne l'était pas ?

 

... Pourquoi n'avons-nous pas su transmettre ces valeurs aux jeunes générations ? C'était certainement plus facile "avant" même si la vie était peut être plus dure sous d'autres aspects... Une chose est vraie : les familles étaient indestructibles, et c'est peut-être ce qui a fait notre force. La solidarité familiale étant une valeur sûre, celle-ci se vivait naturellement "dehors",  et les voisins avaient des visages, des noms et des prénoms. Dans la rue, on savait qui était qui, et la couleur, la religion, l'ethnie n'avaient aucune importance... ça n'avait aucune importance parce qu'on se retrouvait sur l'essentiel.

 

 

 

 

Repost 0
Published by ciboulette100 - dans famille
commenter cet article
2 mai 2010 7 02 /05 /mai /2010 18:11

... Autre hasard curieux il y a quelques semaines....

 

Dimanche 18 avril 2010, le St Père s'en allait se reposer de tous ses soucis et recharger ses batteries en terre maltaise.

 

Et ce même dimanche, nous recevions à notre plus grande joie, le Père Benoît.... Pour l'honorer, Mâme Cibou décidait de l'initier à la cuisine de "chez nous" ... Et justement, ce jour là, Mâme Cibou a décidé depuis quelques jours déjà, que ce dimanche, le Père Benoît dînerait... maltais.

 

Et ce n'est qu'au moment où nous nous mettons aux fourneaux, que Mâme Cibou réalise cette heureuse coïncidence.... son oreille distraite ayant hapé la nouvelle auprès du JT de 13 h 00 dominical...

 

Ce soir là donc, après avoir soigné la table pour faire honneur à notre hôte, nous servions le menu suivant :

 

Tourte à la Brousse et aux Petits Pois,

Bradjole et Pene Rigatte à la sauce tomate maison,

 

Deux recettes simplissimes à réaliser, qui présentent le gros avantage de pouvoir se préparer à l'avance, ce qui ne gâte rien.

 

C'est avec toute son amitié que Mâme Cibou vous les confie toutes les deux aujourd'hui

 

Tourte à la Brouse et aux Petits Pois

 

- 2 rouleaux de pâte feuilletée

- 400 g de Brousse

- 1 boîte de petits pois extras fins

- 4 oeufs

- Persil, sel et poivre

 

Dans un plat à tourte, étalez le premier rouleau de pâte feuilletée. Dans une jate, mélangez les 3 oeufs entiers, la brousse, les petits pois, le sel, le poivre et le persil frais (si possible). Etalez le mélange. Recouvrez du second rouleau de pâte feuilletée. Dorez la pâte avec le jaune d'oeuf du 4ème oeuf. Au couteau pointu, dessinez de jolis croisillons. N'oubliez pas la cheminée au centre pour la cuisson. Au four préalablement chauffé, thermostat 8 : 1/2 heure environ. C'est comme tout : faut surveiller, vous piquez : si la lame ressort sèche : c'est cuit ! Laissez refroidir doucement à température ambiante, ne pas mettre au frigo.

 

"Bradjole"

 

- des biftecks dans la tranche, le plus large possible.

- des lardons naturels

- des oeufs durs,

- de l'aïl, du persil, du sel et du poivre.

 

Etalez sur votre planche à découper vos biftecks. Dans un saladier, mélanger vos oeufs durs en petits morceaux (pas écrasés !), vos lardons, l'ail, le persil, le sel et le poivre. Mettre un peu de ce mélange sur les biftecks, les rouler façon paupiettes.

 

Dans une cocotte, faites les revenir dans un peu d'huile (pas d'olive). Réservez vos "bradjole". Préparez votre sauce tomate, et finissez la cuisson des "bradjole" dans la sauce tomate.

 

S'il vous reste de ces "bradjole", pas la peine de les réchauffer, elles sont délicieuses froides.

 

... Bon, si des maltais viennent à passer par ici, vous diront certainement que c'est pas la vraie recette de LEUR mère,  ben c'est parce que ce sont les VRAIES recettes de MA MÔMAN A MOI, et que ya pas à critiquer

 

... Et comme, on dit chez nous : "La vérité, si je mens !"

 

 

Repost 0
Published by ciboulette100 - dans famille
commenter cet article
1 mai 2010 6 01 /05 /mai /2010 18:46

 

 

... Depuis quelques mois, et d'avantage ces dernières semaines, j'ai failli oublier d'où je venais, j'avais presque oublié le peu de mon passé... Tout ça, parce que quelques imbéciles, aidés par une brochette d'idiotes, ont donné une image désastreuse d'une civilisation riche de quelques millénaires...

 

... Depuis quelques mois, et particulièrement ces dernières semaines, me venaient à l'esprit, de bien mauvaises pensées et montaient à mes lèvres, de bien vilaines paroles....

 

.... Et puis, mercredi après-midi, le téléphone a sonné : c'était Papa.

 

"Regarderas-tu, ce soir, des Racines et des Ailes sur la 3 ?" m'a-t-il demandé

"Je regarde toujours..." lui ai-je répondu

"Oh, mais ce soir, ce sera mieux encore.... c'est chez nous..." a-t-il insisté,

 

.... Je ne lui ai pas demandé de préciser. J'avais compris. J'avais reçu son message 5/5... "Chez nous".... Deux mots pour résumer toute une vie, deux mots pour résumer la nostalgie de son paradis perdu un certain 16 avril 1962...

 

... J'avais 5 ans. On dit que les enfants n'ont pas de souvenirs. C'est faux. Je me souviens très bien de ce jour-là, des jours qui ont précédé et de ceux qui ont suivi... Je me rappelle la grande maison de Redeyef déjà vide de nos souvenirs et des malles pleines de nos regrets... Je me souviens de cette énorme voiture noire venue nous chercher à la nuit tombée... Je me souviens des bras et des odeurs du burnous d'Ali qui me serrait contre son coeur en répétant inlassablement "Habibi habibi habibi...".... Je me souviens des larmes de Maman... et je devinais celles de Papa...

 

Je me souviens de cette route, longue, longue, longue... jusqu'à Tunis.... Il ne faisait pas beau ce matin là, il me semblait même qu'il faisait froid... Je me souviens du bateau qui s'éloignait du port... De toutes ces femmes, de tous ces hommes qui regardaient de tous leurs yeux la terre, leur terre qui s'estompait au loin... Je me souviens du silence, des larmes et des yeux rouges et je me demandais pourquoi Maman répétait inlassablement à Papa : "... fais quelque chose.... " et Papa ne répondait pas.

 

Mercredi soir, nous étions ensemble, malgré les kilomètres qui nous séparent, et j'imaginais leurs larmes et leur fierté aussi, pour ce bout d'Afrique qui jamais ne donne à parler de lui en mal.... Il paraît que là-bas, c'est une dictature. C'est possible, c'est certainement vrai, puisqu'on le dit. Mais qu'importe si ce régime autoritaire protège les femmes de tous les excès d'une religion déformée et qu'il permet vaille que vaille à ces citoyens de vivre correctement. Là bas, les injustices sociales ne doivent pas être pires que chez nous... De toutes façons, la perfection n'est pas de ce monde.

 

Mais ne pas oublier, que la femme de là-bas s'est vue accorder le droit de vote dès 1957, qu'elle jouit depuis plus de 50 ans d'un Code du Statut Personnel, que la polygamie est strictement interdite depuis 1956,

 

Qu'importe, puisque  ce petit bout d'Afrique a su préserver ce qui lui reste de l'héritage de Didon et de Carthage, aura donné des peintres, des poètes, des musiciens,

 

Qu'importe puisque les gens y vivent malgré tout en paix, alors qu'à leurs frontières, il n'est question que d'intégrisme et de guerres,

 

Qu'importe, puisque les peintres ont des couleurs plein leurs toiles,

 

 

Turki YAHIA "la hara de Tunis, soir de shabbat"

 

                                     Abdelaziz GERGI "Sage priant"

 

 

Henri SAADA "le marchand de beignets"

Jules LELLOUCHE "Le port de la Goulette

 

 Qu'importe, puisque les poètes ont des mots pour faire chanter la vie,

 

Aboulkacem Chebbi
 

 

Dans la tendresse du chant fluide des oiseaux
j'écoute ta balade de cithare enchantée
oh poète des sables sans mer
et du silence où les dattes sont en miel
la parole devient grenade sur tes lèvres
et l'oasis un poème éternel.
 
Qu'importe, puisque là-bas, les femmes peuvent aussi faire marcher la musique à la baguette,
 
Amina SRAFI
premier chef d'orchestre du monde arabe
 
 
.... A la fin de l'émission, le téléphone a sonné : c'était Maman.
 
"... Tu as vu ma fille, comme c'est beau chez nous.... et comme les femmes sont belles et intelligentes... Dis, tu as vu ?" m'a-t-elle demandé...
 
... Oui, Maman, j'ai vu.... Et même s'il y avait parfois des couleurs de carte postale dans cette émission, il n'en reste pas moins que ces couleurs sont aussi celles de l'espoir pour une communauté qui n'a strictement rien à voir avec les images pathétiques de ces derniers mois,
 
... Mais, il va lui en falloir du courage à cette communauté dans les mois à venir, pour qu'enfin les couleurs de cette carte postale, triomphent du noir dans laquelle des fous essaient de l'enfermer...
 
 
 
 
         
         
Repost 0
Published by ciboulette100 - dans famille
commenter cet article
29 avril 2010 4 29 /04 /avril /2010 13:03

Qu'elle finit par casser ,

 

Et tant pis pour celui à qui elle a pété à la gu... , l'avait qu'à pas venir me chercher des poux sur la tête, surtout qu'en ce moment, c'est pas vraiment le moment de venir me casser les pieds.

 

Je vous résume les causes de mon courroux :

 

... Le 31 mars dernier, Miss Caroline III était percutée sauvagement en son arrière, par un jeune c** en scooter ignare en code de la route et trois fois récidiviste de culbutes routières en trois mois... Excusez du peu .

 

Le jour même, M. et Mâme Ciboulette apprennent furax de leur compagnie dite "d'assurances" (mon oeil !) que "les deux roues avec ou sans moteur sont considérés comme des usagers protégés de la route..." et que de ce fait, M. Ciboulette est déclaré responsable ET coupable des faits dont nous venons nous plaindre !

 

... T'as raison d'y croire, spèce de greluche que je vais laisser condamner M. Ciboulette sans rien dire... Après avoir prié longuement St-Gougoule, dont je pense demander prochainement la béatification au Vatican... St Gougoule me met en contact avec un site Ô combien utile et instructif, j'ai nommé : La Ligue des Droits des Assurés  

 

En quelques clicks précis et concis, mes nouveaux camarades apprennent à la naïve que je suis, que toutes les assurances s'arrangent entre elles pour payer le minimum syndical, et pour tondre la laine sur le dos des assurés que nous sommes, en leur imposant une convention dite IRSA inconnue au bataillon des textes législatifs et des tribunaux d'ici et d'ailleurs....  Assurances pas confiance !

 

... Suffit juste de prendre sa compagnie d'assurances entre quat' zyeux, de la prier de se mettre sa convention machin-chose là où on pense et d'exiger de se voir appliqué le Code de la Route et le Code Civil de chez nous....

 

A ça, vous ajoutez des photos des lieux du crime en long, en large et en travers, avec marquages au sol et en l'air bien visibles, des photos des bosses de Miss Caroline III, une attestation par çi, par là, une lettre du maire de chez nous qui dit bien que les pistes cyclables c'est pas fait pour les ados motorisés irresponsables.... Vous envoyez le tout en R AVEC AR et vous zattendez

 

Bingo ! 48 heures plus tard, la greluche vous répond que "c'est un malentendu... que bien sûr ya pas plus d'IRSA que de beurre en branche, que bien sûr EUX AUSSI, ne jurent QUE par le Code de la Route, etceutéra etceutéra et patin et couffin... et qu'il va s'en dire, que M. Ciboulette qu'était coupable ET responsable de tout selon la convention bidule, l'est totalement innocent des faits qui lui étaient reprochés !"

 

Comme dit not' Lulu, ça c'est fait. Mais si ça c'est fait, l'histoire est pas terminée. Accrochez vous !

 

.... Mardi dernier, 18 h 00, le téléphone sonne. M. Ciboulette décroche et s'enquiert de qui et de quoi... Un expert, la voix complètement avinée, annonce à M. Ciboulette, "que Miss Caroline III dont il n'a vu qu'une photo dite d'expertise, ira dans les jours prochains à la casse, parce que la facture des réparations est supérieure à sa valeur, qu'il se charge de faire opposition sur notre carte grise et qu'il fera enlever le véhicule que ça nous plaise ou non, qu'il s'en tape si elle roule parfaitement, qu'il s'en tape s'il faut mettre le nez sur les bosses, qu'il s'en tape que le véhicule soit chez nous... et que ya pas à s'inquiéter, il peut nous vendre une caisse nickel chrome à 1500 € qui fera parfaitement l'affaire... "

 

Je vous fais grâce des réponses de M. Ciboulette, juste pour vous donner une idée : M. Ciboulette se proposait de les lui couper avec son vieux couteau suisse, c'est vous dire en quels termes, ils se sont quittés

 

J'arrache le combiné des mains de M. Ciboulette et me rue à l'assaut  du  service dit d'indemnisation de notre assurance... C'est notre soir de chance, je tombe sur une perle compétente, aimable et compréhensive, j'en profite pour lui faire part de nos misères et des menaces qui pèsent sur Miss Caroline III... La perle trouve ça fort de café et s'empresse de nous rassurer que rien ne se fera SANS notre accord... On raccroche... La perle rappelle, confirme ses dires et annonce que dès demain, c'est son CHEF qui s'occupe de nous

 

.... Mâme Ciboulette passe une bonne partie de la nuit en contact avec ses potes de la LDA... Quelques clicks plus tard, Mâme Ciboulette dispose :

1) de la valeur argus de Miss Caroline III : 3100 €

2) de la valeur argus personnalisée de Miss Caroline III (décote kilométrage) : 2170 €,

 

Selon le Code Civil :

3) les réparations peuvent se chiffrer jusqu'à 2170 €

4) ou l'assurance nous trouve le clone de Miss Caroline III

5) ou ils paient les réparations et ils ferment leur gu.....

 

Au passage, et si besoin était, la LDA met à la disposition de M. et Mâme Cibou, les coOrdonnées d'un expert INDEPENDANT et adhérent qui n'hésitera pas à voler à notre secours

 

Consolée et forte de tous ces conseils, Mâme Cibou passe le reste de la nuit à avoiner la gu... par mails le cabinet où bosse l'expert ivrogne et leur promet des petites et des grandes misères, et même pas peur, Mâme Cibou transfère tous ses mails à tous les services de sa compagnie d'assurance, histoire qu'ils voient un peu de quoi il retourne.... Et tant qu'à y être, à la Brigade de la Répression des Fraudes de chez nous....

 

Surtout que Mâme Cibou, en gougoulisant comme une malade jusqu'à pas d'heure, trouve au même patronyme : un cabinet d'experts, un centre de contrôle technique, un carrossier.... et une casse !!! Mâme Cibou sait pas s'ils sont tous de la même famille, mais Mâme Cibou trouve que tant d'homonymes en phase avec l'automobile c'est plus qu'une coïncidence et pas vraiment un hasard...

 

Et zou, en quelques clicks vengeurs, les infos sont répercutées aux sus-nommés, Brigade des Fraudes comprise

 

Je finis la nuit sur un forum pas piqué de hannetons où des malheureux viennent conter les escroqueries dont ils sont l'objet, toujours avec le même scénario : une voiture d'un certain âge, mais en parfait état, un accrochage anodin, un garagiste pas net qui fait flamber le devis des réparations, l'expert déclare que la voiture en question les vaut pas, classe la voiture en épave, l'assurance indemnise l'assuré une misère, le garagiste et/ou l'expert rachète la voiture au tarif épave, c'est à dire rien, l'envoient se refaire une beauté chez un carrossier de leurs amis, et... 3 mois plus tard, la voiture agonisante ressuscite chez un autre naufragé de la route 

 

L'art et la manière de se faire un max de fric en un minimum de temps et sans trop de risques... Sauf qu'un expert ne peut pas être à la fois juge et partie, défendre des intérêts et penser aux siens...

 

Résultats des courses et de quelques nuits blanches :

 

1) Miss Caroline III sera réparée chez NOTRE garagiste, à un prix largement inférieur au devis de l'expert et du premier garagiste, et ce, à la plus vive satisfaction de notre assurance, heureuse de pouvoir économiser quelques zeuros...

 

2) Le cabinet d'experts a vu son accréditation auprès de notre compagnie d'assurances "suspendue" dans l'attente de "renseignements complémentaires", lui ont fait savoir "que pour la réputation de leur compagnie, ils attendaient une parfaite probité de leurs experts..."

 

3) Et la Brigade de la Répression des Fraudes, humant de loin quelques odeurs nauséabondes de magouilles s'est déclarée VIVEMENT intéressée

 

.... Je sais, Mâme Cibou est une s****** qui hésite pas à dénoncer son prochain.... Mâme Cibou n'est pas bonne fille.... M'en tape complètement : zavaient qu'à pas commencer.... Comme ça, la prochaine fois, si prochaine fois il y a, se rappelleront tout de suite, qu'il faut même pas essayer.... ça nous fera gagner du temps


 

 


 

 

 

Repost 0
Published by ciboulette100 - dans Tutos juridiques pour tous
commenter cet article
28 avril 2010 3 28 /04 /avril /2010 13:19

 

Pour compléter leur série des p'tits mots et expressions destructurés, Copine, M. et Mâme Ciboulette ont fait bonne chasse !


... En attendant la petite dizaine de billets en sommeil... faudrait juste que j'ai le temps.... Et pourtant, je bosse de 8 h 00 à 3 h 00, presque non stop.... J'vous jure, ce sont pas des menteries....


Donc, en guise d'interlude bloguesque, les dernières expressions made in notre spécialiste :  Des p'tits mots, par çi, par là ;)


De deux ex-ennemis réconciliés : "... ils s'entendent comme foire et cochons..."


Scientifiquement, Copine en a déduit qu'il devait s'agir d'une contraction des expressions bien connues "s'entendre comme larrons en foire"  et "copains comme cochons"

 

A la suite d'un accrochage en voiture, notre spécialiste actionna "son signal anti-stress"

 

Tout aussi scientifiquement, M. Ciboulette en conclut qu'il devait s'agir.... des feux de détresse

 

A Copine qui lui faisait part de ses futurs projets professionnels sans aucun rapport avec son actuelle activité, notre experte-en-bons-mots opina que c'était une bonne idée et qu'ainsi, "elle aurait deux cartouches à son arc !"

 

.... Copine se mordit les lèvres, courut aussitôt s'enfermer dans ses wawas pour y rire tout son saoûl

Repost 0
25 avril 2010 7 25 /04 /avril /2010 19:23

 

Nous pensons pouvoir dire que ce mois d'avril 2010 aura peut être été le début d'un nouveau cycle, et cette semaine particulièrement. Sans vouloir se réjouir trop vite, nous dirons simplement, que cette semaine aura vu quelques amorces de résolutions de conflits administratifs particulièrement saoûlants.


Nous demandons simplement que cette dynamique veuille bien se confirmer pour le prochain mois de mai...


Merci particulièrement aux amis venus nous soutenir et égayer notre quotidien par leur visites affectueuses et distrayantes...


Le week-end dernier, M. et Mme Maxence d'Auvergne, sur le chemin de leurs pénates, venaient passer une soirée avec nous, avant de s'en retourner chez eux dès le lendemain...


Père Benoît prenait le relais pour la soirée du dimanche..... D. et V, nous invitaient mardi soir.... Copine nous faisait la surprise d'un restaurant mexicain le mercredi soir....


Et, ce week-end Mamina et Papili, sont descendus de leur Cotentin pour nous distraire du vendredi soir à ce matin....


Qu'ils soient tous bénis et remerciés de nous manifester ainsi leur affection et leur attachement... Car grâce à eux, demain, nous repartirons d'un pas ferme et décidé

 

Et ce samedi, sous le chaud soleil d'Anjou et sous une tempête de ciel bleu, nous avons succombé aux charmes du Château de Montreuil-Bellay

 

100_1766.jpg100_1777.jpg

100_1771.jpg100 1781

100_1776.jpg100_1775.jpg

 

 

 

Il vous tend les bras, et ne demande qu'à se laisser découvrirau hasard d'une de vos promenades

 

..... "La première citadelle est construite au onzième siècle par Foulque Nerra, Comte d'Anjou, sur les fondations d'un oppidum romain. Infatigable guerrier, insatiable bâtisseur, Foulque Nerra, dit le Faucon Noir, appartient au cercle étroit des fidèles du Roi de France, Hughes Capet.

De sa descendance naît la dynastie des Plantagenêt qui règne sur l'Angleterre de 1154 à 1485, et notamment : Geoffroy Plantagenêt, Henri II Plantagenêt et son épouse Aliénor d'Aquitaine, Richard Coeur de Lion,  Jean sans Terre ... Certains de leurs gisants se trouvent à l'Abbaye de Fontevraud.

Foulques Nerra confie la citadelle à son vassal Giraud Berlay, devenu Bellay, et Montreuil-Bellay gagne sa réputation de place imprenable sur le front des luttes entre le trône d'Angletere et la couronne de France. Il faudra un siège de trois ans, entre 1148 et 1151, pour permettre à Geoffroy Plantagenêt, Comte d’Anjou, de réduire la résistance que lui oppose Giraud II Berlay.

L'attachement des Berlay à la couronne de France conduit le Roi Philippe Auguste en 1208 et le Roi Louis VIII en 1224 à tenir leur cour au Château de Montreuil-Bellay. 

Au treizème siècle, Montreuil-Bellay, entouré des immenses forêts de la Seigneurie, est un grand centre de vennerie et de fauconnerie. Les fêtes fastueuses s'y multiplient.

Au quatorzième siècle débute la Guerre de Cent Ans. Les populations affamées se réfugient dans les douves du Château et dans les monastères voisins, tandis que le Seigneur de Montreuil-Bellay, Guillaume de Melun-Tancarville meurt glorieusement en 1415 à la bataille d'Azincourt. Son petit-fils, Guillaume d'Harcourt, épouse Yolande de Laval, belle soeur du Roi René.

Henri II d'Orléans, Duc de Longueville, hérite du Château. Ambassadeur, celui-ci signera en 1648 le traité de Westphalie qui met fin à la Guerre de Trente Ans. Son épouse, Geneviève de Condé, instigatrice de la Fronde avec son frère, le Grand Condé, est contrainte par Louis XIV à l'exil derrière les murailles de son Château de Montreuil-Bellay. Elle entraîne avec elle ses nombreux admirateurs, dont La Rochefoucault et Turenne, pour se désennuyer.

Les Guerres de Religions éclatent : catholiques et protestants viendront tour à tour se ravitailler en armes et munitions à Montreuil-Bellay.

Au cours de la Révolution, Jean-Bretagne de La Trémoille, Seigneur de Montreuil-Bellay, reste fidèle au Roi Louis XVI. Sa lourde charge de Maréchal le tient éloigné de son Château qui sera réquisitionné et transformé en prison pour femmes monarchistes.

Après la Révolution, le Château est acheté par un riche commerçant de Saumur dont la fille épouse le Baron Alexandre Adrien de Grandmaison, Officier de la garde de Charles X. Ceux-ci remettront en état le Château qu'ils lègueront à leur neveu Georges de Grandmaison, arrière petit-fils du Général Mouton, Comte de Lobau, Maréchal de France, aide de camp de l'Empereur Napoléon 1er.

Georges de Grandmaison, maire de Montreuil-Bellay pendant 16 ans et parlementaire de l'arrondissement de Saumur pendant près d'un demi-siècle, ouvre le Château aux blessés de la Guerre de 14-18. Près de 1.200 soldats seront soignés dans cet hôpital insolite."

 

Georges de Grandmaison en 1904, fonda aussi en ses caves, la Confrérie des Sacavins. Les postulants au titre de chevalier étaient conviés dans les caves du château à faire honneur à un repas copieux moultement arrosé de vin d'Anjou. Les postulants, quel que soit leur taux d'alcoolémie de rester digne et lucide. Afin de tester les qualités des postulants, il leur était alors demandé de remonter à la surface, en empruntant un escalier vicieux et obscur, sans s'appuyer aux parois, en marche arrière... et en déclamant, en hommage à Rabelais : "Quand mon verre est plein, je le vide, quand mon verre est vide, je le plains !"

Repost 0
Published by ciboulette100 - dans Chroniques de province
commenter cet article
22 avril 2010 4 22 /04 /avril /2010 09:29

.... Factures et TVA. A ce jour, M. et Mâme Cibou n'ignorent plus rien des règles de l'art en matière de facturation.

 

Mme la Vérificatrice de la 3ème Brigade nous a fait part de sa satisfaction à notre égard dans la gestion administrative du mariage de Nénette.

 

SAUF, cette histoire de TVA qu'était pas dûment mentionnée sur ladite facture qui l'a un peu contrariée.

 

Mais, considérant :

 

- que  M. et Mâme Cibou n'avaient pas fait "obstacle " à son instruction en aucune façon,

- que M. et Mâme Cibou avaient bien gardé TOUTES les factures du mariage de Nénette par devers eux,

- que M. et Mâme Cibou avaient gardé la trace d'un mail où c'était bien marqué que le menu était bien TTC,

- que le montant dudit mail correspondait bien au montant de la facture,

- que M. et Mâme Cibou avaient bien produit le menu détaillé de la noce,

- que M. et Mâme Cibou avaient bien payé la noce par chèque dûment retrouvé et encaissé,

 

.... Mme la Vérificatrice a signé la levée d'écrou des téléphones fixes et portables et de la boîte mails de M. et Mâme Cibou,

 

avec pour seule consigne à l'avenir :

 

"Faire inscrire noir sur blanc, la moindre TVA, que celle-ci soit à 5 ou 19,60 %, sur la moindre facture !"

 

M. et Mâme Cibou ont reçu le message 5/5 et juré la main sur le coeur, qu'à l'avenir on ne les y reprendrait plus  !

 

V'là une bonne chose de faite, ça va laisser à Mâme Cibou plein de temps pour s'occuper de Miss Caroline III et d'un expert pas catholique qui lui voulait pas que du bien....

 

Mâme Cibou a quitté l'étage de la Brigade des Vérifications pour descendre à celui de la Répression des Fraudes 

 

... Cette semaine, Mâme Cibou tâchera de trouver un moment pour vous causer des us et coutumes de certains experts automobiles et garagistes, et de leurs réactions urticaires à la simple évocation de "Répression des Fraudes" murmurée au téléphone

 


Repost 0
Published by ciboulette100 - dans Chroniques de province
commenter cet article
18 avril 2010 7 18 /04 /avril /2010 19:16

... Depuis qu' EYFAFJöLL crache de tous ses cratères, ses cendres et sa fureur, nos journalistes ont la tête à l'envers...

 

.... Hier matin sur I-Télé une journaliste bafouilleuse et inculte (c'est presque un pléonasme pour les journalistes : bafouilleur et inculte...)... Bref, d'après cette journaliste :

 

".... Jean-Paul II pérégrinait à Malte et les zavions étaient pas sûrs pouvoir  de voler dans le ciel aérien.... " ....

 

  La pauvrette, en entendant causer du naufrage de St Paul à Malte en l'an 60 de notre ère, en a conclu que Jean-Paul II avait ressuscité... Et pour ce qui est du "ciel aérien", Pâques était pas si loin : toutes les cloches étaient pas rentrées ... Je sais, elle est facile


Aujourd'hui, la voix dans le téléphone s'est tue : juste une chose qui me tracasse un peu, la TVA est pas marquée sur THE facture. J'ai juste retrouvé trace d'un mail où Doudou échangait avec M. XXX sur le contenu du menu du D-Day... Et sur ledit mail ya bien écrit TTC,


J'espère que ça suffira, et qu'avec M. Ciboulette, on risque pas les galères


... Surtout quant on connaît l'importance des taxes en général et en particulier dans la vie d'une vérificatrice de la brigade des vérifications du centre fiscal d'ici et d'ailleurs

Repost 0
Published by ciboulette100 - dans Chroniques de province
commenter cet article

Présentation

Chroniques provinciales

D'Auféminin

Décoration

En famille

Histoires d'Histoire

Le très utile

Les boutiques en ligne

Les fans du rouge

Les mains droites très douées

Les voyageurs

Mes p'tits grains de folie

Revues de presse

Spiritualité

Texte Libre

Benoit_XVI_-_a_son_election_19_avril_2005.jpg

... Avec Vous, Très Saint Père, même si la Vérité que vous nous dîtes chaque jour, ne fait pas toujours plaisir à entendre... Tant pis, avec Vous, Très Saint-Père, quand même ;)

Archives

Tutos Juridiques Pour Tous